Nieurlet Mairie Info 

Une info Ă   transmettre : nieurletinfo@gmail.com

 

 

 

Vous souhaitez contacter la Mairie   Courriel : nieurlet.mairie@orange.fr

3 rue de la Mairie 59143 NIEURLET TĂ©l : 03.21.88.33.92

Son marais

Classé réserve de Biosphère

en mai 2013 par l'UNESCO

chaque mot ou phrase souligné(e) et de couleur bleu est un lien : cliquer dessus

 

La mairie est ouverte les lundis et jeudis : 13 h 30- 18 h les mardis                                 et vendredis : 8 h 30 - 12 h

Des permanences sont assurĂ©es les lundis et jeudis de 16 Ă  18 h par  le Maire (ou sur rendez-vous) et le samedi : 9 Ă  10 h par le 1° adjoint

Nieurlet ou Niewerleet 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Ancien hameau de Lederzeele, érigé en commune le 4 mars 1928, Nieurlet compte parmi les plus jeunes communes de France. Secteur flamand du marais audomarois, le lieu-dit Niewerlede est cependant ancien car mentionné en 1127. En 1276, on cite la seigneurie de Niewerleet qui fut érigée en comté par Charles-Quint en 1529 pour la famille de Bonnières. Après lecture des « Cahiers de Doléances » rédigés le 26 mars 1789, il apparaît que Nieurlet dépendait alors de la Châtellenie de Cassel. Le dernier Comte de Nieurlet fut Charles, Alexandre, Auguste, Duc de Corswasen-Looz, dont le castel fut rasé

pendant la révolution. La réorganisation napoléonienne fit de Nieurlet un hameau de Lederzeele (bien que la population et son territoire fussent supérieurs à ceux de Lederzeele). L’histoire de Nieurlet est intimement liée à celle de Saint-Omer. Située en Flandres, juste à la limite de la province d’Artois, Nieurlet fut, de par sa position stratégique, très souvent victime des guerres. Nieurlet a une superficie de 1 025 hectares. Malgré le recul de la culture maraîchère, la vocation première de la commune reste agricole. La nature argileuse du sous-sol a aussi largement favorisé l’activité industrielle (tuileries).

Aujourd’hui le développement touristique est évident si l’on se réfère à :

· La présence de nombreux itinéraires de promenade (pédestre et cyclotouriste).

· La possibilité de location de barques ou canoës.

· La visite du marais en bateau-promenade.

· L’ouverture d’une auberge de campagne ainsi que d’un café-brasserie.

· La possibilité de visiter une ferme familiale (élevage de canards, fabrication foie gras).

Le Marais : au cœur de la région Nord/Pas-de-Calais, le marais audomarois offre un cadre naturel exceptionnel et un panorama des plus dépaysant. Jusqu’au 4ème siècle la mer était aux portes du marais. Ancien golfe marin qui communiquait autrefois avec la mer par un défilé ouvert entre les collines de Watten et d’Eperlecques, le marais audomarois a exigé des siècles d’efforts pour se transformer de vaste marécage en une campagne verdoyante. Aidés des populations locales, les moines de l’abbaye de Clairmarais ont creusé des canaux, drainé et canalisé l’excédent d’eau, édifié des digues, construit des moulins à vent, si bien que les petits lopins de terre que les maraîchers ou « brouckaillers » cultivaient à grande peine il y a des siècles, ont fait place à de véritables polders. Le marais est devenu un jardin fécond, coloré, s’étendant sur onze communes dont le village de Nieurlet. L’exploitation des tourbières par l’homme, jusqu’au 19ème siècle, a contribué à façonner le paysage du Romelaëre, l’un des plus beaux étangs du marais, où s’est installée une végétation : arbres, plantes, fleurs. Ici l’eau, la terre le ciel se mêlent en une étroite harmonie. On peut flâner, pêcher, observer les oiseaux, découvrir la flore, tout en épargnant la nature de toute pollution. C’est aussi un endroit propice à la nidification, au passage des oiseaux migrateurs. Par conséquent on s’y livre à la chasse au gibier d’eau dite « chasse à la hutte » (la hutte est un petit cabanon tapi dans le sol, dissimulé dans les branchages, flanqué de meurtrières, et que les chasseurs implantent auprès des pièces d’eau). Ce site peut être découvert par voie d’eau, en utilisant une escute (petite barque en bois), ou en empruntant le sentier pédestre qui relie Nieurlet à Clairmarais. Vous y découvrirez un ensemble de « prairies humides » entrecoupées de fossés et d’étangs, parsemées de saules têtards. A l’extrémité du sentier, un bac à chaînes vous permettra d’accéder au « Romelaëre » ou à la « Grange Nature »

Ch' Brouckailler tel 03 21 11 56 47

Le marais de Nieurlet se visite Ă  pieds comme en bateau

désigné « Réserve de biosphère » par l'UNESCO

Cigognes Ă  Nieurlet

Vous l'avez peut-être déjà aperçue sur Nieurlet, cette cigogne loge dans le "Romelaëre" de Nieurlet, sur le chemin qui mène au bac à chaîne.

L'Eglise

Il s'agit d'une église ouverte au culte en 1885 et qui remplaça une église du XVIe siècle qui se trouvait, comme souvent, entourée par le cimetière. Si l'ancienne église fut démolie parce qu'estimée vétuste, la nouvelle construite sur un sol instable connut bien des vicissitudes.

Les cloches comtoises

Les cloches de l’église de Nieurlet ont Ă©tĂ© Fondues le 8 AoĂ»t 1893 par P. DROUOT Ă  Douai. Ce lien vous permettra de voir les cloches de plus près…. et mĂŞme les Ă©couter CLIQUEZ ICI http://clochescomtoises.com/nieurlet-eglise-de-limmacule-conception/ 

NESTOR et NESTORINE

Le 8 septembre à Herzeele pour le Baptême des géants PAUL le Torréfacteur et son épouse MANIA.

Ses GĂ©ants : Nestor et Nestorine

Nestor et Nestorine sont nés en 1984 à l'école du village pour emmener le carnaval enfantin. Ils ont alors la

particularitĂ© d'ĂŞtre des gĂ©ants tirĂ©s, installĂ©s sur des charrettes, pour ĂŞtre promenĂ©s par des enfants. Mari et

 femme, ils recevaient naturellement leur nom de leurs parrains et marraines : les Ă©lèves de l'Ă©cole et leurs

 enseignants (M. et Mme Gombert, M. et Mme Ringot). Comme leur village avait une importante activitĂ©

maraĂ®chère, Nestor et Nestorine Ă©taient appelĂ©s « Les GĂ©ants du Marais Â»

FabriquĂ©s rapidement, avec peu de moyens, ils ont nĂ©anmoins enchaĂ®nĂ© les sorties jusqu'en 2000, annĂ©e de leur première rĂ©novation. En 2006, la commission FĂŞtes et Animations et les associations communales dĂ©cident leur restauration et leur transformation en gĂ©ants portĂ©s et « roulĂ©s Â». Ce projet entraĂ®ne des modifications importantes des structures et le remplacement des tĂŞtes actuelles par des Ă©lĂ©ments mieux proportionnĂ©s et plus rĂ©sistants.

Nestorine mesure 3 ml 70 et pèse 55 kg, quant à Nestor il mesure 4 ml 10 et pèse 65 kg

En septembre 2007, après plusieurs mois de démarches auprès des élus et des conseils général et régional, le dossier est retenu et les subventions nécessaires obtenues. Le Conseil Général, Jean-Pierre Decool, député, et la Municipalité participaient ainsi au financement de ce projet porté par Francine et Pierre-Marie Ringot. Rejoints par Francis Bertram et Guy Morel pour la confection et l'assemblage des structures, des têtes et des bras, puis par Brigitte Okerman et Jeannine Arnouts pour la confection des vêtements, ils rencontrent Bruno Dehondt, le spécialiste qui va diriger la fabrication des nouveaux géants. Plus de 400 heures de travail ont été nécessaires pour cette réalisation.